6 janv. 2022. 2ème rando hivernale autour du Petit-Ballon

La quinzaine que nous venons de passer avec des températures estivales a eu raison de l’enneigement prometteur de décembre. Nous faisons route sur une route presque sèche en direction du Col du Boenlesgrab. Equipement léger, pas de raquettes, pas de casse-croûte, sortie en continu 9h15-13h. Est ce la formule qui séduit ou/et le besoin d’éliminer certains excès de fin d ‘année, nous sommes 25 à nous retrouver « à pied d’œuvre ». Temps presque idéal, clair et frais, quelques cm de neige fraiche à 875m d’altitude. Nous partons en direction du Strohberg, certains d’un bon pied dès les premiers mètres, d’autres plus tranquillement. Une bonne demi-heure plus tard, une première pause au soleil au niveau de la F.A. du Strohberg. Nous poursuivons en légère descente en direction du Buchwald, passons à proximité des vestiges de la station intermédiaire du téléphérique militaire allemand Wasserbourg-Petit Ballon qui alimentait en matériel et munitions les unités lors de la bataille de l’Hilsenfirst (juin 1915). L’ami Fernand nous parle de Jean Wehrey, le fermier aubergiste du Buchwald qui vient de décéder et qui a été un homme très engagé, ardent défenseur de la race vosgienne et l’un des créateurs de l’Association des fermes auberges du Haut-Rhin. Nous longeons le Buchwald en amont et grimpons à présent sur la chaume du Kahlenwasen puis en partie sur la route jusqu’à la terrasse de la F.A. baignée de soleil. Quelques étonnants avions en bois servent de décor. Une nouvelle pause pour profiter du beau panorama sur l’entrée de la vallée de Munster avec le massif du Stauffen , la tour du Plixbourg et plus au sud la masse imposante du Hohlanbourg. Petites photos de groupe au col du Petit-Ballon, nous terminons la montée en saluant nos copains des AN du Rothenbrunnen qui accueillent les randonneurs et affichent complet. A présent il ne nous reste plus qu’à laisser filer vers le bas. Le groupe se scinde momentanément avec l’option sommet du Petit-Ballon pour sept d’entre nous et descente tranquille en direction de la Mullermatt pour le gros de la troupe (je pèse mes mots). Nous croisons nos premiers randonneurs et apercevons même un vététiste à la hauteur de la Schellimatt, équipé de pneus neige. Le temps se couvre lorsque nous attaquons le beau sentier en lacets quelque peu techniques. Certains chaussent les crampons, d’autres optent pour les garder dans le sac « à portée de main!. » Tout se passe très bien et nous retrouvons le Boenlesgrab peu avant 13h. Une dizaine de kms parcourus, un peu plus de 400m de D+ dans une ambiance revigorante et sympa comme on les aime et une journée à peine entamée. A la prochaine du côté du Frenz , avec raquettes cette fois. fh

16 déc. 1ère rando hivernale autour du Markstein16 déc. 1ère rando hivernale autour du MarksteinLa belle couche de poudreuse de la semaine passée s’est tassée ! Il y a eu inversion de température le week-end précédent et de la pluie ces derniers jours a tassé le manteau. La météo annoncée belle s’est embrumée. C’est donc sous un ciel bas e que nous nous retrouvons au départ du lac de la Lauch. Comme l’an passé, la saison démarre sur les chapeaux de roue, 23 participants, certains  comme Henri Claude  ayant fait le déplacement depuis Strasbourg, d’autres comme notre jeune et dynamique présidente Caro éclusant un dernier jour de congé à prendre pour se joindre à nous… bonne idée. Sous la houlette de Jean, le circuit emprunte la digue, longe le lac avant d’attaquer le sentier en lacets, raide par moment menant au « virage du tunnel ». Le groupe se remet de  cette petite suée avant d’emprunter le chemin du Hofried. Nous venons de pénétrer sur les pistes tracées de ski de fond et restons donc bien sur le côté pour ne pas abimer la trace. Un petit vent frais d’Est nous cueille en sortant de la forêt.  Peu après le « chalet noir », nous partons en hors piste à travers la chaume en direction de la crête pour basculer vers la station du Markstein. Nous quittons rapidement la civilisation en empruntant le très beau chemin menant au Trehkopf, cette fois vent dans le dos. Le paysage est hivernal et les arbres givrés offrent toujours un spectacle féerique. Le soleil daigne un court instant percer le plafond de nuages lorsque nous atteignons  le point le plus élevé de la journée (1266m). Du coup, la descente vers le refuge des AN Mulhouse du Treh est presque aisée. Il est 12h15 et la pause de midi est la bienvenue.  Et là surprise, une petite équipe de France 3 est en reportage pour l’émission Rund um. Leur belle salle de séjour n’est pas bondée et nous sommes le plus grand groupe. C’est ce qu’il fallait à l’équipe de tournage, un groupe de randonneurs à  raquettes en pleine action. Nous serons donc les figurants d’une équipée et Fabien notre porte-parole pour répondre aux questions  en dialecte. Le retour passera par la FA du Treh et empruntera le sentier de la hêtraie, balisé en circuit raquettes pour revenir au Markstein. Nous sommes à présent à domicile, suivrons les pistes de ski de fond difficiles à éviter, toujours en file indienne et passerons  en contrebas de notre chalet jusqu'au virage du tunnel.  Il faudra à présent une très petite demi-heure pour re emprunter dans l’autre sens le sentier rectangle jaune menant à la digue. Fin d’un bon bol d’air de début de saison. Un peu moins de 12kms pour 450m de D+. avec une ambiance toujours bien sympa. Merci à tous, rendez-vous début janvier 2022.  fh

25 mars : 8ème sortie hivernale « Lac Blanc-Lac Noir par les crêtes »
Comme annoncé, la dernière de la saison ce sera aujourd’hui. La belle neige de la semaine dernière s’est un peu alourdie mais continue à couvrir les crêtes. Temps ensoleillé et très peu de vent, le bon créneau. 12 participants au départ du Col du Calvaire (évidemment 2 groupes de 6 pour être dans les clous) et petit problème matériel pour Fabien obligé de laisser ses raquettes un peu en vrac. A peine le temps de s’échauffer, la pente se fait rapidement plus raide et sinueuse. Nous empruntons le GR5 pour monter sur la crête atteinte en une bonne demi-heure. Nous la suivrons sur 3 kms, bien rectiligne jusqu’au Soultzeren Eck, point le plus haut du jour (1302m). L’ami Christian, suivant le cheminement sur son écran me fait part de mes écarts de trajectoire par rapport au chemin tracé…on ne fait plus ce que l’on veut ! ! Le lièvre est vite levé, le trajet gps envoyé la veille n’est pas le bon. Mea culpa. Nous profitons du paysage, révisons quelques sommets facilement identifiables, évoquons la compétence topographique exceptionnelle de notre maitre en la matière Dédé, avant de bifurquer sur la droite vers le point le plus bas de notre randonnée, le Lac Noir (937m) soit 365m à dévaler par un joli sentier enneigé avec quelques passages délicats. Il est midi lorsque nous atteignons le lac et son auberge …fermée. Nous salivons en nous remémorant le pot au feu goûté l’hiver dernier et nous contenterons de la rambarde en bois pour nous poser pour le pique-nique. Le soleil aidant, nous y trainerons un peu, ferons circuler les friandises avant d’attaquer le retour vers le Lac Blanc par le sentier Cornélius (GR532). Raquettes à la main, nous pourrons rapidement rechausser pour rejoindre le Lac Blanc après une bonne heure de grimpette parfois « raidaille ». Nous raccourcissons le trajet initialement prévu par le Bocheney en empruntant le sentier Freppel le long de la rive est du lac. Fin de parcours peu après 15h après un circuit de 12kms pour un peu plus de 500m de D+. Fin de cette 12ème saison « randonnées hivernales » avec 8 sorties effectuées sur les 12 programmées, un record avec la nouvelle formule, une sortie chaque jeudi, malgré les aléas et une participation fluctuant de 26 à 6 avec une moyenne de 15 . fh

18 mars : 7ème sortie hivernale « Autour du Grand-Ballon

Fin de saison inespérée, en quelques jours, plus de 50cm de neige sont tombés sur les sommets vosgiens. Nous avons donc ressorti les raquettes du placard, à peine usées par cette saison chaotique. 10 présents pour cette sortie au départ du Firstacker. Notre copain Fernand prend la tête pour faire la trace en direction de la Ferme du Ballon et allonge ses compas pour nous rapidement creuser sa petite avance. La pente est un peu raide pour un départ mais se raplatit peu après avoir atteint la route que nous traverserons. La neige se fait plus épaisse en sortant du sous-bois et les premiers rayons de soleil sont les bienvenus. Notre autre copain Christian nous fait régulièrement le point gps de la trajectoire suivie. La neige craque sous les raquettes, légère et poudreuse. Deux randonneurs alpins ont la bonne idée de nous doubler et de nous faire la trace. Une bonne heure en sous bois sur un tracé plaisant fait de petites grimpettes, de contournements pour atteindre le flanc ouest du Judenhut. Le groupe se scinde momentanément en 2 pour poursuivre vers le col du Haag, option directissime vers la Vue de Alpes puis descente vers le col, l’autre moins dénivelée en suivant la piste de ski de fond. Pas obligatoirement une bonne affaire car le tracé damé sur les 500 premiers mètres est inexistant, à la place un chemin enneigé et en dévers où nous cheminons avec difficulté. Finalement nous retrouvons avec plaisir la piste tracée et atteignons le Haag bien synchronisés avec le groupe de pêchus. Nous filons à présent par le flanc ouest du Grand-Ballon en prévoyant la pause casse –croûte à l’abri de l’Oberer Sattel. Une légère odeur de feu de bois nous annonce que la place est occupée, mais comme « nous ne sommes pas des mickeys », les tables extérieures feront l’affaire. Un peu frais et ombré, nous ne nous attarderons pas trop mais friandises et petite eau de vie de kirch de fin de repas nous stimulent pour la fin de parcours. Une petite heure pour sortir de la forêt et faire un petit arrêt panoramique sur le massif du Rossberg. La fin de parcours se fera en roue libre, passant par le Gerstaker et la chaume du Sudel. Il est 14h15 lorsque nous arrivons, heureux de cette sortie raquettes inespérée et décidés à jouer les prolongations la semaine prochaine.           11 kms pour 450m de D+, un bon dosage pour profiter de la fin d’après-midi.   fh

4 mars: 6ème sortie hivernale Hohneck-sentier des névés
Mise au programme depuis 2 saisons, la météo annoncée nous permet enfin de faire cette randonnée panoramique de fin de saison. Petit effectif nous ne serons que 6 à la place des 20 de la semaine précédente…grandeur et décadence ! Nous démarrons du Gaschney peu après 9h en direction du Schiessroth, par un chemin carrossable vite pentu. Une petite 1/2h pour rejoindre la Campanule, refuge de nos amis des VT Strasbourg, la vue est superbe. Nous arrivons presque à visualiser le circuit qui nous attend, le Hohneck, le Kastelberg, le Kerholtz, le lac du Schiessrothried, le Morenloch. Un petit vent du NO nous aère pendant la montée menant au Schaeferthal par les rochers du Petit Hohneck. Le guide du jour qui a connu ses premiers émois de randonneur dans le secteur a quelques souvenirs à raconter. Fabien, toujours l’œil aux aguets nous annonce quelques chamois en contrebas. Petite pause au sommet du Hohneck (1363m), point culminant du jour pour souhaiter un bon anniversaire à notre copain Pépi sous forme de devinette « qui suis-je ». Depuis le Col du Wormspel, nous resterons en sentier balcon (sentier des névés). Heureusement la visibilité est bonne car nous longeons les corniches de neige … à distance de sécurité, certaines commençant à se fissurer. Descente par la chaume enneigée jusqu’à la Ferme du Kastelbergwasen, nous rejoignons la petite clairière du Kerbholtz peu après midi pour un pique-nique abrités derrière le muret du beau et mystérieux chalet au toit vert, jamais vu ouvert. Après consultation de l’équipe et compte tenu de l’effectif réduit, nous décidons d’emprunter le sentier affiché difficile menant au belvédère du 1er Spitzkopf en remplacement de la descente au Lac du Fischboedlé. Parcours parfois technique mais souvent somptueux avec de nombreux arbres aux formes tarabiscotées, un gros pierrier glaciaire, quelques échelles et mains courantes. La fin de parcours est aisée, descente en sentier lacet vers le lac du Schiessrothried , petite photo traditionnelle avant de terminer en chemin carrossable vers le Morenloch et le Gaschney. Et là pour vous dire qu’on a été vernis côté météo, nous sortons du sous-bois à 300m de nos voitures, les premières gouttes de pluie nous font accélérer le pas. Vous imaginez la jouissance. Et ce n’est pas pour donner des regrets aux absents, mais ce fut une superbe journée de rando…c’est mes copains qui le disent! 13,5 kms pour 500 de D+, moins que prévu vu la petite modification de parcours certes négociée avec notre geek Christian. fh

Fil de navigation